INVITATION À UN 5 à 7 : Lancement de VogAvecMoi Québec et discussion autour du lire la Fille à bord

Dimanche 8 septembre prochain, vous êtes cordialement invités à un 5 à 7 à la Barberie (310, rue St-Roch à Québec) pour le lancement officiel de VogAvecMoi Québec et pour une discussion avec Nathalie Deraspe auteure du livre La fille à bord qui raconte comment une équipière a fait du bateau-stop.

Lancement VogAvecMoi Québec

Tous les détails du lancement de VogAvecMoi Québec et du dévoilement du livre La fille à bord, qui raconte son périple comme équipière en bateau-stop (co-navigation) se retrouvent sur l’événement Facebook que vous retrouvez en cliquant ici.

Entrevue sur un périple en bateau-stop avec Nathalie Deraspe, auteure du livre La Fille à Bord

Lors du lancement VogAvecMoi Québec, Nathalie Deraspe sera notre invitée pour dévoiler son livre. Cette équipière a fait bateau-stop C’est l’histoire d’une femme, d’une équipière qui se lance dans une grande aventure : traverser l’Atlantique en voilier en co-navigation. 280 jours en mer plus tard elle nous relate ses péripéties dans un livre captivant. Rempli d’humour et d’émotions, ce récit déjoue divers préjugés, dont celui qui prétend que naviguer coûte cher, que la voile est un univers principalement masculin. Mais aussi, qu’il faut être un marin expérimenté pour vivre des grandes expériences maritimes ! 

La fille à bord nous dévoile, sous un regard féminin, ce que cela représente concrètement que d’être une équipière lors de navigations au long cours et en haute mer. « Naviguer nous rend philosophes » nous confie Nathalie Deraspe. C’est effectivement l’état d’esprit qui se dégage de son livre. Une chose est sûre à sa lecture, vous aussi vous aurez envie de prendre le large ! 

Pour en apprendre davantage sur son aventure, j’ai eu la chance de lui poser quelques questions : 

Qu’est-ce qui t’a le plus agréablement surprise dans l’aventure humaine de faire du bateau stop (de la co-navigation), telle la transatlantique que tu as vécue ? 

Nathalie Deraspe : Le pouvoir d’adaptation. Naviguer avec des inconnus permet de se réinventer, car ceux qui nous font face n’ont pas d’a priori en regard de notre personne. Ils ne nous connaissent pas !

Le milieu de la voile est un milieu plus masculin, tu le décris bien dans ton livre. À ce propos, quels conseils donnerais-tu aux femmes qui aimeraient vivre une expérience de co-navigation similaire à la tienne, soit embarquer sur des voiliers sans être accompagnée ?

Nathalie Deraspe : Mettre les choses au clair et valider qu’on a été bien comprise. Qu’on le veuille ou non, nous sommes toujours dans la culture du viol où un « non » est interprété à tort par « essaie plus fort, tu vas y arriver ». C’est primordial dès l’embarquement. Ce n’est pas parce qu’une femme monte sur un bateau qu’elle doit se laisser monter par le capitaine. Tant mieux si des couples se forment, mais il ne faut jamais brusquer ou imposer quoi que ce soit.

Article complémentaire : NAVIGUER AVEC UN INCONNU? CONSEILS À DESTINATION DES CO-NAVIGATRICES

Trouves-tu pertinent de développer au Québec un club de passionnés de voile qui veulent partager leur expérience lors de navigation avec VogAvecmoi ? Si oui, pourquoi ? Qu’est-ce qui t’attire dans ce type de réseau ? 

Nathalie Deraspe : Le lancement de VogAvecmoi Québec est une excellente idée qui arrive à point nommé, car il y a de plus en plus d’amateurs et la plupart d’entre eux aiment à partager les plaisirs de la voile. Ce sera l’occasion d’élargir leur réseau. Le nouveau club contribuera à enrichir la communauté de « voileux » québécois par la venue de nouveaux adeptes, expérimentés ou non, tout en offrant de belles possibilités aux jeunes qui sortent des écoles de navigation et cherchent à enrichir leurs connaissances à bord.

L’intensité du voyage transparaît à merveille dans ton ouvrage, mais trop peu souvent on oublie de demander aux grands voyageurs comment ils ont vécu la fin de leur aventure et leur retour à une vie plus sédentaire. De ton côté qu’en est-il ? 

Nathalie Deraspe : Je suis rentrée le 31 mai 2018 et un mois plus tard, je cherchais un nouvel embarquement. Avant même de fouler le sol du Québec, je n’avais qu’une envie : renouveler l’expérience avec un nouvel équipage !

Ton aventure de transatlantique s’est terminée positivement. Caresses-tu le désir de repartir à l’aventure ?

Nathalie Deraspe : Tout à fait ! Je suis repartie deux mois après mon arrivée et cette fois, plus longtemps encore. Qui sait, je ferai peut-être une troisième transatlantique cette année ! Chose certaine, je suis à la recherche d’un bateau. À bon entendeur, salut !

Article complémentaire : LA TRANSATLANTIQUE EN VOILIER : TRAVERSER L’ATLANTIQUE EN VOILIER EN TANT QU’ÉQUIPIER

Pour plus d’informations sur VogAvecMoi, consultez notre blogue : A propos de VogAvecMoi au Québec

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *