Comment réussir une transatlantique en voilier en tant qu’équipier grâce à la co-navigation ?

Vous visualisez déjà la scène : des jours et des jours en mer, des poissons volant, des dauphins, des couchers de soleil, le bleu de la mer et du ciel à l’infini! Effectivement, une transatlantique en voilier en tant qu’équipier cela ressemble à ça. Mais comment vivre cette aventure exceptionnelle et s’assurer que ce beau rêve ne tombe pas à l’eau ? 

Même s’il s’agit d’un trajet très populaire, entre 500 et 1000 voiliers traversent chaque année l’Atlantique, ce parcours n’en demeure pas moins une navigation hauturière avec des risques. Une  grande vigilance est donc de mise. S’engager comme équipier sur une transatlantique n’est pas un voyage anodin.  Il faut sélectionner un propriétaire de bateau qui a les compétences adaptées et un voilier très bien préparé. Soyez vigilant si le capitaine du voilier semble peu confiant en lui, si les informations relatives à la navigation qu’il transmet sont floues, que le voilier subit des problèmes techniques avant même le départ, etc. 

1. Suis-je un bon candidat pour effectuer une transatlantique à la voile ? 

Vous êtes un bon candidat, si vous êtes prêt à vivre une aventure humaine hors norme. Passer 35 jours et plus avec des personnes inconnues avant la traversée, être 24h/24 dans un espace restreint sans la possibilité de vous échapper, cela représente des défis. Il faut disposer d’un bon savoir-vivre,  être à l’aise à communiquer, disposé à faire des concessions, savoir être tolérant, mais surtout à être positif et conserver le sourire. Après tout, tout le monde réalise cette transat pour avoir du bon temps. 🙂 

Si tout se passe bien, vous n’aurez pas des milliers de manœuvres à effectuer durant la traversée de l’Atlantique. Le cap est constant et les journées peuvent être très routinières. Dans ces conditions surviennent parfois l’ennui, le mal de mer. Pour s’en prémunir, il convient de prendre des livres et de prévoir des passe-temps pour vous occuper par temps calme. Mais dans tous les cas, les moments introspectifs et méditatifs ne manqueront pas! 

Si vous n’êtes pas sûr d’être fait pour faire une transatlantique à la voile,  optez pour un autre projet de navigation. Les options ne manquent pas sur VogAvecMoi que ce soient avec des croisières côtières ou hauturières mais moins longues.  L’important c’est de s’écouter pour vivre une expérience à la hauteur de vos espérances. 

Source :  LA TRANSATLANTIQUE EN VOILIER : TRAVERSER L’ATLANTIQUE EN VOILIER EN TANT QU’ÉQUIPIER

2. Faire une transat retour, pourquoi pas ? 

Les projets de transatlantique en voilier sont très recherchés par les équipiers au départ de la France. Cette navigation légendaire dans le sillage de Christophe Colomb découvrant l’Amérique, fait rêver plus d’un marin. Elle est d’autant plus populaire qu’elle permet de fuir l’hiver européen pour profiter du soleil et de la chaleur des tropiques. 

A l’inverse, les transatlantiques dites “retour” qui partent du continent Nord-américain, souvent des Antilles vers l’Europe, bénéficient d’une moins bonne réputation car suivant une route plus haute, c’est à dire plus au nord. Pourtant cette traversée s’avère également intéressante car plus sportive : la navigation s’effectue souvent au près, c’est à dire que le voilier évolue penché, qu’il est amené à taper dans les vagues et que par conséquent les embruns peuvent venir vous chatouiller les narines. Cette navigation n’est donc pas moins intéressante au contraire, que celle de l’aller à condition d’y être bien préparé. Il convient toutefois de préciser que les risques de pluie sont plus élevés que pour les transat “aller” et que la date de départ de navigation est importante si on ne veut pas se retrouver, trop tôt dans la saison, avec trop de vent, et trop tard dans la saison, sans vent! 

Le trajet classique en voilier consiste à remonter au nord des Antilles vers les îles des Bermudes puis de traverser l’Atlantique nord jusqu’aux îles des Açores. De nombreux bateaux partent d’ailleurs d’une Île des Antilles. Les voiliers français prennent souvent le large depuis la Martinique ou la Guadeloupe.

Article complémentaire : ETRE ÉQUIPIER LORS D’UNE TRANSATLANTIQUE RETOUR, LE BON PLAN!

3. Le calendrier d’une transatlantique en voilier

Les transatlantiques aller s’effectuent entre octobre et février pour bénéficier des alizés, ces fameux vents portants bien connus des navigateurs. la période idéale pour effectuer une traversée océanique retour se situe entre mars et  mai. Avant mars pour éviter les tempêtes hivernales de l’atlantique nord et avant juin pour s’assurer d’avoir du vent lors de la traversée et surtout éviter la saison cyclonique des Caraïbes qui commence.

4. Quand débuter mes recherches pour devenir équipier d’une transat ? 

Il n’est jamais trop tôt pour rechercher un propriétaire de voilier préparant une transatlantique et cherchant des équipiers. En planifiant le tout un an d’avance, vous vous assurez de pouvoir naviguer avec le propriétaire préalablement lors de navigation d’essais. Vous avez le temps de vous organiser pour des congés appropriés pour cette navigation (plus de détails dans la section ci-dessous). 

Notre conseil est donc le suivant : consultez les annonces d’offres de transatlantique en voilier et publiez une annonce de recherche d’embarquement dès que possible sur VogAvecMoi. Cela vous permettra de créer des contacts avec tous les propriétaires qui sont en préparation pour leur transat.

4. Combien de temps dure une traversée de l’Atlantique à la voile? 

Navigation de nuit lors d’une transat, Pixabay

La transatlantique se fait rarement directement. Généralement les propriétaires de bateaux optent pour une escale aux iles Canaries. De la France vers les Antilles, sans escale, il faut compter autour de 30 jours. A cette durée, il faut rajouter les périodes d’escale pour le ravitaillement et éventuellement les réparations et le tourisme. Si vous souhaitez faire une transatlantique en co-navigation, notre conseil est de prévoir au minimum entre 45 jours et 2 mois de disponibilité. Ne prenez jamais votre billet d’avion retour avant d’avoir touché la terre ferme.

5. Quel budget prévoir ? 

Pour une transat en co-navigation 

Si vous faites une transatlantique en voilier en tant qu’équipier via une co-navigation VogAvecMoi, sachez que les propriétaires de bateaux ne sont pas des prestataires commerciaux. C’est à dire qu’ils ne peuvent s’engager sur une prestation de service à délivrer. Il partagent leur voilier, leur navigation … pour le meilleur et pour le pire! 

Concernant le partage des frais de la navigation, il s’agit souvent d’une participation à la caisse de bord pour les frais de nourriture, d’essence et frais d’escales dans les ports. Prévoyez un budget quotidien entre 25$ et 35$.  Certains propriétaires demandent aussi une participation aux frais d’entretien du bateau. Ils représentent les frais d’usure/d’utilisation du bateau. Ces frais dépendent du type de bateau, mais dans tous les cas, ils doivent être raisonnables et justifiables par le propriétaire. Ils peuvent faire l’objet de discussion si vous les trouvez trop élevés. 

Voir l’article : Participation aux frais du bateau dans la co-navigation VogAvecMoi

Pour une transat avec un skipper professionnel 

Effectuer une transatlantique en voilier en tant qu’équipier n’est pas donné à tout le monde. Vous pouvez également opter pour une navigation plus sécuritaire encadrée par un skipper professionnel. C’est une garantie de traverser l’océan en sécurité, dans des délais raisonnables et d’être certain d’arriver au bout de l’aventure.

Prévoir un budget de 3500$ à 7000$ sans compter la caisse de bord. Pour plus de détails, consultez notre article intitulé : Transatlantique en voilier : prenez le large avec un skipper professionnel.

VogAvecMoi comporte également des offres de transatlantique proposées par des skippers professionnels.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *